LE PROGRAMME TUNISIEN D'ERADICATION DU PALUDISME

LA LUTTE ANTIVECTORIELLE

 

Accueil ] LA MALADIE ] LE PROGRAMME TUNISIEN ] CONSEILS AUX VOYAGEURS ] FORUM ] SERVICES ] CHOIX D'IMAGES ] FORMATION CONTINUE ] QUI SOMMES NOUS ]LA GENESE DU PNEP ] METHODOLOGIE DE LA LUTTE ] LES RESULTATS DE 1967-1981 ] LES RESULTATS DEPUIS 1982 ] L'APRES ERADICATION ET DEFIS ]

Remonter ] LA RECONNAISSANCE GEOGRAPHIQUE ] ANOPHELES DE TUNISIE ] LA SURVEILLANCE ENTOMOLOGIQUE ] [ LUTTE ANTIVECTORILLE ] LUTTE CONTRE LE PARASITE ] LES ANTIPALUDIQUES ]

LA LUTTE ANTIVECTORIELLE    

 

 

 

 

La lutte antilarvaire s'effectue au niveau des gîtes et consiste à détruire les larves avant qu'elles ne deviennent
des adultes capables de transmettre la maladie.
Cette lutte peut se faire par:
  • action biologique : par introduction, dans les gîte, des prédateurs;
  • action physique : éliminer ou modifier les biotopes" où les larves peuvent se développer, ceci est obtenu par l'utilisation des moyen de génie sanitaire;
  • action chimique : épandage de Larvicides (avec ou sans modification du milieu naturel).

    A. Action biologique

    L' emploi de poissons larvivores présente des avantages certains:

  • un taux de reproduction relativement important;
  • un minimum de dépenses;
  • une substitution aux larvicides chimiques qui comportent toujours un risque de

    contamination de l'environnement

    Aussi est il nécessaire de constituer plusieurs viviers pour l'élevage de Gambusia dans chaque Gouvernorat voir dans chaque circonscription et d'envisager l'emploi de ce poisson d'une manière systématique.

    B. Action physique

    imoms4.gif (39789 octets)

    C'est une modification intentionnelle du biotope, qui vise à faire disparaître ou réduire par des moyens physiques les nappes d'eau de surface dans lesquelles les moustiques se développent.

    On distingue

    1. Le drainage

    Qui consiste à faire évacuer les eaux du gîte à l'aide d'un drain vers un milieu récepteur naturel (tel que cours d'eau, la mer, terrain perméable etc...).

    Pour permettre le drainage, il est nécessaire:

  • d'avoir une dénivellation suffisante de terrain pour assurer l'écoulement;
  • d'évaluer le volume d'eau à drainer, soit V ce volume. Le volume V doit être évacué en un temps et à partir du début de la submersion du gîte et ceci afin de ne pas permettre l'accomplissement du cycle vital des anophèles. Généralement t = 5 jours = 120 heures = 120 x 3 600 s

    Le débit Q que devra donc évacuer le drain sera: Q = V/t

    La section de drain généralement adoptée est trapézoïdale.

    Le drainage a l'avantage d'évacuer rapidement les eaux et d'entrainer oeufs et larves vers des milieux défavorables à leur développement où leur destruction rapide est assurée, encore faut-il disposer d'un milieu récepteur naturel situé à une distance raisonnable du gîte.

    2. La mise en boîte des eaux, consiste:

    a concentrer les eaux dans les tranchées, et par conséquent réduire la superficie du gîte à empoissonner.

    Cette méthode est utilisée dans le cas de gîtes importants situés loin d'un milieu récepteur naturel. Cette mise en tranchée, nécessite la connaissance du volume d'eau dans le gîte.

    La section des tranchées est généralement trapézoïdale.

    La hauteur d'eau dans la tranchée ne doit pas être inférieure à 1,20 m, et la hauteur de la tranchée doit être supérieure de 20 à 50 cm de celle de l'eau.

    3. Captage des résurgences

    Ces résurgences proviennent de nappes artésiennes ou nappes captives.

    Pour éliminer ces résurgences on peut utiliser soit

  • Le pompage à l'aide d'une pompe à moteur;
  • L'installation d'une pompe éolienne
  • L' aménagement en puits
  • Le drainage vers un milieu récepteur naturel.

    Ces solutions sont fonction du débit de la source et, de la permanence de celle-ci.

    4.Comblement

    Certains gîtes peuvent être éliminés à l'aide de matériaux (pierres, débris de construction). Cette méthode est surtout utilisée pour des gîtes de petite superficie, et de profondeur moyenne. Ces matériaux devront souvent être transportés sur de longues distances, et nécessitent d'être compactés, ce qui élève le coût du comblement.

    A part la solution de comblement, toutes les autres nécessitent souvent un travail d'entretien (désherbage, curage, mise à bord francs, etc...).

    D'une façon générale, les travaux de génie sanitaire peuvent être améliorés par un reboisement au niveau des surfaces assainies.

    5. Le boisement

    Il est bénéfique et rentable de prévoir la plantation d'arbres, Eucalyptus ou autres végétations hydrophiles dans les sols humides regroupant plusieurs résurgences d'eau à faible débit mais d écoulement continu. Il est surtout réalisable dans les terrains à caractère domanial ou collectif.

    Il faut se rappeler que A. labranchiae, le vecteur principal en Tunisie se développe le plus souvent dans les eaux propres, douces ou très peu salées, pas ou peu courantes, peu profondes, riches en végétation terrestre ou aquatique, modérément ensoleillées.

    Deux mesures sont pratiquement et assez régulièrement réalisables et efficaces il s'agit du désherbage et la mise à bords francs.

    C. Action chimique

    Il s'agit de répartir, uniformément et périodiquement, une certaine quantité de pesticide sur la surface de l'eau qui abrite les gîtes larvaire, et d'exposer ainsi les larves à une dose létale déterminée.

    1-Les larvicides

    Le larvicide le plus utilisé en Tunisie est un organo-phosphoré : Abate qui agit par ingestion.

  • Caractéristiques

    Matière active: Temephos en sulfure de bis- (thiophosphate de 0,0 - di -métyle et de 0-p-phénylène) (OMS- 786)

    Toxicité : DL5O pour les rattes albines par voie orale:130 mg/kg

    par voie cutanée 4000 mg/kg

  • Formulations

    Formulation granulée: L'abate appartient au groupe des organo-phosphorés. Il est utilisé sous forme de granulés preparés à l'aide:

  • temephos comme principe actif (1% en poids)
  • support constitué de célatom (CG) dans le cas de vent faible ou de sable (SG)

    dans le caS d'un vent fort.

    L'abate en granulé est très utile dans le cas d'une végétation dense soit 10 kg de produit technique à l'hectare.

    DOSAGE MAXIMUM NON TOXIQUE :110g DE PRINCIPE ACTIF/HECTARE

    Formulation liquide :Concentré émulsionnable 500 EC

    Sous cette formulation, 1 litre de produit commercial contient 500 grammes de produit actif.

    Taux d'application

    L'Abate liquide 500 EC est utilisé, au taux de 50 grammes de produit actif par hectare de gîte.Donc pour traiter une superficie de 1 hectare on devra utiliser 1/10 de litre du produit

    commercial (100cc).

  • Utilisation selon le moyen d'épandage
  • Moyens manuels : Pulvérisateurs à pression préalable .

    Pour un appareil d'une contenance de 10 litres, la préparation se fera comme suit:

    • mettre 5 litres d'eau dans l'appareil

    • ajouter 50 cc d'Abate liquide;

    • compléter le remplissage de l'appareil à 10 litres avec de l'eau.

    La préparation obtenue, servira au traitement de 0,5 hectare oit 5000 m2 de gîte.

    Donc pour traiter 1 hectare, la contenance de deux appareils sera nécessaire, soit 20 litres de

    produit prêt à l'emploi.

  • Épandage par unité mécanisée

    Dans le cas, d'un épandage mécanisé, le même taux d'application (en ce qui concerne le

    produit actif), sera utilisé et c'est seulement les quantités de produit prêt à l'emploi qui

    diffèrent.

    Préparation

    Selon la contenance de la cuve (400 L ou 300 L), on dosera la préparation à raison de l00cc de produit technique pour 100 litres d'eau.

    Dans une cuve de 400 L. mettre 400 cc d'Abate liquide.

    Dans une cuve de 300 L. mettre 300 cc d'Abate liquide.

    Cette préparation sera utilisée, à raison de 100 litres de produits prêt à l'emploi par hectare

    une cuve de 400 L. traitera 4 ha.

    une cuve de 300 L. traitera 3 ha.

  • Cycle de traitement

    La périodicité de traitement est prise, en général, de 12 à 15 jours. Cependant ce cycle peut

    s'étaler au delà de 15 jours en tenant compte des résultats des investigations entomologiques.

    Équipement d'épandage

    Pour les formulations liquides

    Unité mécanisée : Elle est constituée:

  • D'un véhicule tout terrain;
  • D'un système d'épandage hydraulique pour l'épandage des formulations liquides et

    Comprend:

  1. Un réservoir d'alimentation (300 L.)
  2. Un système de décharge (lance, débit 3,8 Vmin).
  3. D'un système d'épandage pneumatique pour l'épandage des formulations en granulés

    Ce système comprend:

  1. un réservoir d'alimentation
  2. un compresseur d'air
  3. un système de décharge (pistolet).

    Appareils manuels de pulvérisation à pression préalable.

    Le débit de la buse est de 0,8 litres/min, à une pression de 3 kg/cm2.

    Pour les formulations granulés

    Le semoir est utilisé pour l'épandaqe de l'Abate en granulé, il est composé d'une sacoche en plastique. tuyau métallique, et d'un disque de calibrage adapté pour les granulés en question.

    Dans la plupart des cas, c'est l'association de plusieurs méthodes qui permettra d'obtenir les meilleurs résultats pour un moindre coût. Le choix de la méthode à appliquer sera décidé dans le cas de chaque gîte en tenant compte des caractéristiques du gîte et des disponibilités des ressources matérielles.

     

 

asper2.gif (16640 octets)

SUITE 1 LUTTE ANTIVECTORIELLE ] SUITE 2 LUTTE ANTIVECTORIELLE ] SUITE 3 LUTTE ANTIVECTORIELLE ] LA LUTTE BIOLOGIQUE ]

LA RECONNAISSANCE GEOGRAPHIQUE ] ANOPHELES DE TUNISIE ] LA SURVEILLANCE ENTOMOLOGIQUE ] [ LUTTE ANTIVECTORILLE ] LUTTE CONTRE LE PARASITE ] LES ANTIPALUDIQUES ]

Accueil ] Remonter ] LA MALADIE ] LE PROGRAMME TUNISIEN ] CONSEILS AUX VOYAGEURS ] FORUM ] SERVICES ] CHOIX D'IMAGES ] FORMATION CONTINUE ] QUI SOMMES NOUS ]                    Précédente ] Suivante ]

Pour tous renseignement concernant ce site contactez Mr Kebir Abdelouaheb sur ABDELOUAHEB@MSN.COM